• Jacqueline au Canada

    jacqueline au Canada suite

    Promenade en hydravion

    Jacqueline au Canada

    Jacqueline au Canada

    Jacqueline au Canada

    Jacqueline au Canada

    Jacqueline au Canada

    Jacqueline au Canada

    Jacqueline au Canada

    Jacqueline au Canada

    Jacqueline au Canada

    Jacqueline au Canada

    Jacqueline au Canada

    Jacqueline au Canada

    Jacqueline au Canada

     

    Jacqueline était à l'école chez les bonnes sœurs et en a gardé un bon souvenir. Vers 10 ans elle a rejoint son père à Paris dans un petit deux pièces dans le quartier République. J'habitais le même quartier dans le dixième arrondissement. Sans le savoir nous allions tous les deux à la Gaîté Lyrique, le jeudi après midi pour un après midi récréative et manger sur la scène un yaourt. nous y passions tous les deux deux fois mais ne l'avons su que plus tard.

     

              Quand Jacqueline a 14 ans ils déménagent sur le chenay-Gagny la même commune que moi.

     

              Jacques rencontre une nouvelle compagne qu'il épouse, elle est cadre comptable à la SNCF. Très vite vont naître des jumeaux , deux beaux garçon. Jacqueline fera l'apprentissage d'une jeune maman et s' occuperas avec dévouement des jumeaux. Après son diplôme de secrétaire sténodactylographe, elle ira travailler chez un avocat célèbre à Paris. Plutôt chargée de poster le courrier et faire la café au clients du cabinet, elle décide de partir et entre à la mairie de Gagny comme secrétaire sténodactylographe auprès du secrétaire général de la ville. Elle fait enfin ce qu'elle voulait faire. Après deux années elle est mutée aux affaires générales de la mairie annexe. Ses nouvelles tâches sont pour elle très variées et donc enrichissantes.

     

              Après plusieurs jours de brouille avec sa belle mère, Jacqueline décide de ne pas rentrer dormir au domicile de ses parents .Elle va voir une amie dans le quartier, en discute avec elle et le frère de celle-ci, qui leur propose d'aller faire un tour à la M.J.C.

     

              Je les accueille comme j'avais l' habitude de le faire avec des jeunes un peu désœuvrés avec qui je prenais le temps de discuter tardivement afin de les convaincre de rentrer chez eux, que les brouilles familiales après tout n'étaient pas si graves après réflexion. J'y arrivais la plus part du temps.

     

              Là, je vois une jeune fille frêle très jolie, parfaitement maquillée, qui me regarde droit dans les yeux et m'explique la situation. elle souffre de ne pas être comme ses amies et de passer tout son temps libre avec ses petits frères Nous discutons longtemps et en fin de soirée, ses amis rentrent chez eux. Je lui propose donc de l'héberger dans une petite salle ou elle pourra dormir sur des fauteuils alignés. Les trois jours suivant, elle part le matin au travail et revient le soir. J'avoue l'attendre avec plaisir. Dans la journée, je cherchais des bouteilles de vin vide à déconsigner me permettant d'acheter de la viande et des pommes de terre. Nous pouvions ainsi dîner légèrement et continuer de discuter sur nos vies personnelles. Elle me souriait et je lui rendais ses sourires. En fait, je crois que dès le premier soir, je suis tombé sous son charme et que mes yeux ont été emprisonnés dans les siens. C'était magique. Je devenais amoureux, très amoureux de cette jeune fille fragile que je n'osais toucher.  Nous avons mis plusieurs jours avant d'échanger des baisers timides puis de plus en plus langoureux. J'étais accroché, ferré, pris dans ce tendre tourbillon. égaré avec bonheur dans la profondeur du lac de ses yeux.

     

              Le 7 novembre 1967, je l'ai invitée à boire un chocolat dans un petit café billard que nous appellerons le café jaune. Après plusieurs heures à nous regarder dans les yeux, et quelques bisous furtifs devant l’œil bienveillant de la patronne, Je lui ai proposé de l'épouser.  Elle n'était pas surprise et m'a tout de suite dit Oui. Du coup nous avons pris un nouveau chocolat chaud pour arroser cette décision.

     

              En rentrant nous nous sommes mutuellement déshabillés, avons fait la découverte de nos corps respectifs et avons fait l'amour avec tendresse. Pour moi c'était la première fois. Je me suis rattrapé les jours suivants Nous avons aimé ces moments fous.

     

              Elle a expliqué à ses parents qu'elle avait rencontré un jeune homme et ceux-ci nous ont invité à dîner le 11 Novembre 1967. les présentations étaient faites, restait à faire la même chose avec mes parents. Pas de temps à perdre ce serait le lendemain. Décision fut prise de nous fiancer le 31 décembre 1967. Nous avons fait un buffet et c'est très nombreux que les amis, les copains et la famille sont passés jusque tard dans la soirée. Très vite nous avons rencontré le curé de la paroisse et les services de l’état civil à la mairie et avons fixé le jour de nos noces  ce serait le 13 avril 1968.

     

    Hier, 1er mai 2020, premier anniversaire (74 ans) fêté seul depuis 53 ans. C'était triste.

     

               

    « Jacqueline au Canada sept 2010Jacqueline au Canada »

  • Commentaires

    5
    Dimanche 3 Mai 2020 à 15:27

    Un coup de foudre. Et oui, c'est sûr que le mariage allait arriver très vite.

    Ton récit est très émouvant et de savoir qu'elle n'est plus à tes côtés en ce jour d'anniversaire te rnd encore plus triste.

    Courage Jacques ! Bientôt, tu pourras revoir tes enfants et vous pourrez vous réconforter !

    Bises amicales !

    4
    Samedi 2 Mai 2020 à 14:56

    Notre Baroudeuse, étais si belle. Qu' elle belle rencontre entre vous deux Quelle sacrée vie. Maman me manque terriblement chaque jour, et toi aussi par la distance. Je suis là. Je vous aime. Stéphanie 

      • Samedi 2 Mai 2020 à 15:50

        Merci Stéphanie Tu me manques aussi. Je t'aime. On se retrouvera physiquement dès que ce sera possible. Plein de bisous.

    3
    Marie-France
    Samedi 2 Mai 2020 à 13:26

    Bonjour

    Comme Jackline j'ai travaillé dans une mairie à Paris au bureau des affaires générales. Je vous souhaite un bon anniversaire avec un jour de retard mais le coeur y est. 

    2
    Samedi 2 Mai 2020 à 08:48

    ah il faisait beau là ... téméraire jackline, allez zou en hydravion, mon dieu que j'aurai eu peur.. moi qui flippe dans l'avion tout court ,....

    bon vais lire ta prose..

    quelle belle histoire d'amour, le veritable amour, le coup de foudre, mais ça ne m'étonne pas, je le sentais que vous etiez très amoureux, encore et que votre histoire à tous les deux devait être passionnelle !

    Bon anniversaire quand même jacques, très dur la première année, premier anniv sans elle, premier ou première plein de choses, cest toujours difficiles les années suivantes mais la première c'est horrible..

    pense à tes enfants, faut se raccrocher à un truc, et jacqueline aimerait que tu rebondisses même si cest dur, sache qu'un jour tu iras un peu mieux, et ça sera un peu moins difficile, en tout cas vous avez vecu tous les deux une très belle histoire d'amour et le plus beau c'est que vous vous aimiez comme aux premiers jours et ça jacques c'est très rare !!!

    je t'embrasse, courage, nous sommes là , les amies de jacqueline pour toi, si tu as besoin.

    gros bise flo.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :