• Suite de nos petites vacances en Normandie en août 2018...

    Puisque nous étions sur la côte normande, nous en avons profité pour faire des balades à proximité de notre lieu de résidence, à Merville-Franceville...

    Tout d'abord, Ouistreham...

    J'ai des souvenirs d'enfance à Ouistreham-Riva Bella comme on l'appelait.. Pendant plusieurs années j'y venais en colonie de vacances, dans un très beau château qui existe toujours, le Château de Beauregard, à l'époque où il était propriété de l'Etat, à disposition de l'ORTF où travaillait mon papa dans les studios de la télévision à Cognac Jay.. On nous amenait à la plage d'Ouistreham (Riva-Bella)

    Le château a été racheté par la ville d'Hérouville-St Clair, proche de Caen, et on peut y voir maintenant des expositions, festivals divers..

    Photo Web : CC Viault

    Ce domaine est immense..Il y a des bois, prairies, et pour nous les gosses, c'était le paradis.. On y faisait des jeux de piste, des feux de camp, même une chasse au Dahut (pour les petits nouveaux !) et j'adorais y cueillir des cyclamens sauvages.. Par contre ce que je détestais, c'était la sieste obligatoire !! la tête sous la couverture..Le directeur était sévère mais très humain...Je me rappelle encore de son nom : M. Michelet.. Il fumait la pipe !

    Nous étions des gamins heureux, et allions à la sortie du domaine, voir le feu d'artifice tiré au bord du canal de Caen..

    Comme il est très difficile de circuler dans Ouistreham (nous avons galéré pas mal entre les sens interdits, les voies piétonnes, les ponts à sens unique enjambant le canal etc..) nous sommes restés très peu de temps.. Mais avons revu l'endroit de départ des Ferries.. La dernière fois, c'était par un temps très mauvais, vent et pluie...

    Passage rapide à Dives S/Mer,

    la halle médiévale couverte vaut le détour...

    sa charpente est très belle

     

    Le port de Dives S/Mer

    Puis Cabourg

    Là nous avons laissé la voiture sur le parking près de l'Office de Tourisme, et avons pris le petit train touristique qui nous a emmenés vers les lieux les plus intéressants ...

     

    Située sur l'estuaire de la dives, Cabourg est une station balnéaire populaire réputée pour le sable fin de ses 4 km de plage et l'atmosphère Belle-Epoque rendue célèbre par un certain Marcel Proust. Les villas de la haute-bourgeoisie et de l'aristocratie parisienne du début de XXe siècle nourrissent le charme de la petite ville qui s'organise autour du Casino et de l'incontournable Grand Hôtel avec ses baies vitrées que Proust décrit à merveille dans A la recherche du temps perdu. Malgré la récession de l'entre-deux-guerres, les plus grands artistes continuèrent à venir se produire à Cabourg.

     

    Avec la mode des bains de mer et des premiers « baigneurs », Cabourg va connaître un développement spectaculaire et donner ce style architectural, propre à cette station. Issus de la riche bourgeoisie, ces villégiateurs vont construire les premières résidences secondaires de notre monde moderne. Chacun souhaitant surpasser son voisin (parfois au sens propre !)

       
       

    les propriétaires rivalisent d’inventivité, faisant de Cabourg un terrain de jeu pour les architectes ! C’est ainsi que se développe l’éclectisme dans le style balnéaire, créé à partir d’éléments architecturaux inspirés de styles antérieurs (Gothique, Renaissance etc.), de la diversité des matériaux utilisés mais aussi des influences étrangères. Car on vient maintenant de toute l'Europe, et particulièrement d'Angleterre.. La grande bourgeoisie étrangère fait construire des villas à Cabourg.

    Ces villas Belle époque vont utiliser les techniques de décoration de l'architecture nouvelle dont le traitement particulier des façades et des toitures. Ainsi, au détour d’une rue on peut voir dans Cabourg, que de simples balcons sont devenus des loggias, des devantures se sont parées de Pilastres, de chapiteaux corinthiens, de mascarons, etc. Parfois, la toiture  laissera entrevoir un œil de bœuf ou plus original encore, un belvédère fièrement dressé. Façades multicolores, placards de mosaïques, pans de bois et toitures ornées d’épis de faîtage ne manquent pas d'intérêt.

       
       

    Le grand Hôtel tel qu’on le connaît aujourd’hui est signé Charles Bertrand. Style à l’italienne, le tout confort.  Il est inauguré en 1907 .

    C'est dans la chambre 414 du Grand Hôtel de Cabourg que revenait régulièrement le célèbre écrivain Marcel Proust. Son premier voyage, il le fait à 10 ans accompagné de sa grand-mère pour soigner son asthme, mais c’est surtout entre 1907 et 1914 qu’il profitera pleinement du temps passé à Balbec, nom qu’il donne à Cabourg dans son œuvre « À la recherche du temps perdu ».

    Charles Bertrand structure la ville en complétant ces équipements par la création du Garden-Tennis, près de l’Eglise, puis du Golf, près de l’Hippodrome de Cabourg (ce dernier alors situé au Home).

    En 1956, Bruno Coquatrix, directeur de l'Olympia, le célèbre music-hall parisien, prend la direction du Casino de Cabourg. Maire de Cabourg de 1971 à 1979, Bruno Coquatrix a su faire grimper la côte d’amour de Cabourg.

    Bruno Coquatrix avec Dalida

    Mairie de Cabourg 

    Le découvreur d’artistes invitait ainsi les célébrités de l’époque à se produire à Cabourg avant d’accéder aux planches de la grande salle parisienne. De Piaf à Gilbert Bécaud,  les stars ont été très nombreuses à répondre à son invitation, en se produisant au Casino de Cabourg.Piaf, Bécaud, Aznavour... tous ont écrit l'histoire de la station.

     

     

    Bruno Coquatrix avec Gilbert Bécaud

    Les superbes propriétés, immeubles récents, à façades à colombages typiques de la côte normande, les quartiers résidentiels, les lieux où la mémoire de Bruno Cocatrix est encore vivante (Il a contribué à l'épanouissement de la station balnéaire, avec Jacques Ribourel, promoteur immobilier)

     

    Le quartier Cap Cabourg a pris son nom du complexe résidentiel construit entre 1973 et 1978 par le promoteur à la mode de ces années-là, Jacques Ribourel. Ce qui n’était alors qu’un village de pêcheurs est devenu en seulement cinq années une immensité de béton abritant pas moins de 396 appartements, des espaces commerciaux, des garages et des caves soit près de 1 000 lots. Bruno Coquatrix, maire de l’époque, voulait faire de cet espace une Venise normande, aidé en cela par la Dives traversante à proximité.

    Le front de mer qui s'étend sur plus de 3 kilomètres ...la plage magnifique

       
       

    Un tour complet de la ville qui a bien duré une bonne heure, avec toutes les explications et commentaires du chauffeur, sur l'historique de Cabourg et la vie de ceux qui ont contribué à son essor ...

    A la suite de quoi, il était 13h45 et on avait faim...Alors, ni une, ni deux, direction un restaurant de fruits de mer à Merville...

    Et nous avons fait honneur.. Huitres, galette complète, et un dessert...

       

    Après toutes ces visites, nous avons regagné notre village vacances, pour nous reposer au soleil jusqu'au dîner où nous avons encore été gâtés par le chef cuisinier et son personnel...

     

    Nous aurions aussi pu aller à Caen, mais la dernière fois que nous y étions allés un  week-end, il y a une dizaine d'années pour notre anniversaire de mariage, en résidence à Deauville chez des amis, qui nous prêtaient leur studio dans la Marina, il faisait un temps épouvantable, et notre visite s'était soldée par une grande déception. C'était un dimanche en avril, et tout était fermé, triste à mourir...Nous étions allés voir le départ des Ferries à Ouistreham, avec un vent à décorner les bœufs, et sous la pluie... dégoûtés, nous nous étions rabattus sur la première boulangerie trouvée ouverte (ce devait être la seule ouch) en arrivant à Deauville,

    où avions acheté une tarte normande délicieuse pour nous consoler,

    avant d'aller passer la soirée au Casino.. sans avoir dépensé plus que le petit montant que nous nous étions fixé, et le prix du dîner au restaurant du casino .. Juste pour une soirée sympa avec un petit spectacle.. 

    Là c'était en juillet 2015, temps pourri, pluie, rafales de vent...Nos précédents séjours en Normandie n'avaient pas été placés sous une bonne météo... 

    Un temps qui n'a rien à voir avec celui de notre séjour d'août cette année !  Deauville, nous l'avons vu sur la route du retour vers notre maison, ainsi que Trouville... Ce sera dans le prohain article, si vous voulez bien..En attendant, je vous laisse regarder les photos et la petite vidéo...@ bientôt

     

    A bientôt pour la suite...

     
     

    14 commentaires